La Newsletter#6

Edito
Déconfinement un peu partout.
Les applaudissements à 20h commencent à faiblir ? Les rues se repeuplent. La pression baisse ?
L’espace public et les lieux publics vont-t’ils redevenir des espaces pour partager et questionner les liens qui font les sociétés et tenter de les retendre ? Ecole ? Lieux de culture et d’arts ? Services Publics ? Salle de formation ? … Des espaces pour inclure après avoir été toutes et tous séparés par nos murs. Pour passer des murs aux barrières de nos gestes, avant de retrouver les marges pour manoeuvrer à nouveau pleinement ?

Après ces deux mois en présence à distance, on s’apperçoit que la dématérialisation nécessite tout autant d’humain, et que le numérique lui aussi exclut et renforce les inégalités. Que la médiation numérique est plus que nécessaire et présente dans le quotidien de beaucoup d’entre nous, en terme professionnel, privé, public, familial … Partout.

Nouvelle livraison de la Balado-diffusion hebdo du Hub du sud aux côtés des actrices et acteurs de terrain de Marseille à Saint Auban en passant par le Québec !

Le concours French IOT de La Poste
La Poste messager poursuit sa mue et accompagne le développement de nouveaux services à travers le programme d’open innovation du Groupe La Poste dans les services connectés. Programme de soutien à des initiatives entreprenariales dans différents champs, dont les Gov et Civic Tech, et des engagements sociétaux et environnementaux. Un lien à construire avec les dynamiques d’inclusion numérique et, au delà des questions de médiation numérique, une perspective après le déconfinement vers des dispositifs de contributions et de participations dans les gouvernances locales et territoriales ? Infos sur https://concours-french-iot.laposte.fr/

La médiation numérique en format « drive »
L’expérience de Anna Filippot à Saint Auban où avec son équipe ils ont accompagné le passage des bits aux atomes, en imprimant devoirs, papiers administratifs, accueillis l’épicerie solidaire des pompiers, fait le lien avec Pôle Emploi … Expérience quotidienne d’un lieu comme un noeuds de réseau entre réel et virtuel dans les monts d’azur, aux confins des Alpes Maritimes et des Alpes de Haute Provence.
http://hautpays.paysdegrasse.fr/blog/92

Produire ensemble sur la médiation numérique, à distance
L’expérience d’Eva Quintas et de l’équipe d’Artenso, centre de recherche en art et d’engagement sociétal pour animer les communautés de la médiation culturelle et numérique au Québec, publier des ressources, et animer des contributions à l’échelle mondiale. Une productivité qui ouvre de nouvelles voies collectives pour relier les distances culturelles.
https://artenso.ca/

En Bonus : Faire quelque chose
Agir par la culture est un magazine trimestriel gratuit qui traite de thèmes politiques et culturels. Il est édité par le mouvement Présence et Action Culturelles (PAC), association qui développe une action d’éducation permanente et populaire dans toute la Belgique francophone via un réseau d’animateurs et animatrices de terrain réparti·es en 10 antennes régionales.
https://www.agirparlaculture.be/category/agir-par-la-culture-n61-printemps-2020/

Prototypes

Depuis septembre 2019, 5 prototypes sont développés par les partenaires du Hub. Ils ont été déterminé à l’issue du premier Switch de juin 2019 à Dignes, travaillé lors du Switch#2 à thecamp.

 

Prototype 1 : Des Tiers lieux d’Utilité sociale.

Depuis les premiers Tiers lieux expérimentaux, voire d’avant garde, ceux-ci se sont développés au point de perdre en lisibilité : du FabLab à l’espace de Coworking, du MediaLab à L’Espace Public Numérique, de la Médiathèque au Centre Social 2.0. 

Sans compter la récupération du terme pour de simples projets immobiliers, très éloignés des dimensions coopératives et territoriales pourtant garantes de leur pérennité.

Dans ce maelström, créer, gérer, animer et développer un Tiers Lieu, ne saurait s’improviser. Entre attentes institutionnelles, volonté de participation des communautés, nécessité d’identifier un modèle économique, gestion des compétences, élaboration de projets, etc. les besoins d’accompagnement pour la réussite d’un Tiers lieu ne manquent pas.

Le moment semble alors venu d’une part de faire émerger un label de Tiers Lieu d’Utilité Sociale. Un label qui mettrait des valeurs, un sens, une trajectoire afin de créer un réseau dont les membres se reconnaissent et collaborent. Et d’autre part de mettre en place les conditions de création d’un réseau d’accompagnateurs spécialisés dans l’émergence et la structuration de ces Tiers Lieux.

Prototype 2 : Un méta-référentiel de la Médiation numérique.

Depuis l’apparition du terme en 2011, la Médiation numérique apparaît à la fois comme un métier et une fonction exercée par de nombreux autres métiers (éducation, travail social, vente, accueil du service public, etc.).

Et alors que le besoin d’accompagnement au numérique de la population est de plus en plus prégnant,les professionnels stricto-sensu de la Médiation numérique ne seront pas assez nombreux et répartis pour y répondre. Il est donc dorénavant nécessaire de proposer à tous les professionnels en situation d’accompagnement pédagogique de disposer de ces compétences en médiation numérique.

Il s’agit alors d’élaborer un méta-référentiel en médiation numérique pouvant être intégré à l’ensemble des référentiels de formation aux métiers de l’accompagnement : travail social, enseignement, animation, vente, accueil. Tant dans le secteur privé que public.

Prototype 3 : Communiquer sur « à quoi sert la « Médiation numérique » ?

Initialement animation multimédia, la Médiation numérique est devenue plurielle. Présente dans des organisations publiques et privées, portée par des centres sociaux, des CCAS, des boutiques informatiques, des médiathèques, des EPN, des FabLabs, etc., la Médiation numérique répond certes à un besoin, mais son offre est difficilement identifiable.

Alors, comment rendre la Médiation numérique à la fois visible et lisible ? Quelle stratégie de communication déclinée sur quels supports permettra de rendre la Médiation numérique claire à comprendre : de l’élu.e au demandeur d’emploi, du chef d’entreprise à l’éducateur spécialisé ?

Prototype 4 : Co-conception d’une plateforme d’orientation d’accès aux droits.

Les acteurs de la Médiation numérique y sont confrontés quotidiennement : l’accélération de la dématérialisation des services provoque des difficultés voire des inégalités d’accès aux droits.

Qu’il s’agisse de l’ergonomie des plateformes en ligne, du manque de clarté dans les processus de décision ou tout simplement dans l’identification des bons interlocuteurs, l’orientation des usager est de plus en plus complexe.

Sur la base des travaux engagés par le Département des Hautes Alpes à travers son Schéma d’Accessibilité, comment la Médiation numérique peut-elle participer à faciliter l’expérience de l’internaute ?

Prototype 5 : Accompagner les petites organisations dans leur transition numérique.

Face à la Transition numérique de la société, les petites organisations (publiques, économiques ou associatives) sont encore trop souvent désemparées. Pourtant de (très) nombreux dispositifs d’accompagnement existent que ce soit sous forme de chèques experts, d’accompagnement collectif, de formations, de Mooc, etc.

Mais la solution n’est-elle pas devenue le problème : face à la profusion d’aides à la Transition numérique comment ces petites organisations peuvent-elles s’y retrouver ? La Médiation numérique peut-elle à la fois servir de boussole et de couteau suisse ?

 

Chantiers – Switch des 14 & 15 novembre 2019.

♦ Chantier 1.1 : Concevoir un réseau d’animation des tiers lieux en PACA et un label des Tiers Lieux d’Utilité Sociale

Depuis les premiers Tiers lieux expérimentaux voire d’avant garde, ceux-ci se sont développés au point de perdre en lisibilité : du FabLab à l’espace de Coworking, du MediaLab à L’Espace Public Numérique, de la Médiathèque. 

Sans compter la récupération du terme pour de simples projets immobiliers, très éloignés des dimensions coopératives et territoriales pourtant garantes de leur pérennité.

Face à ce foisonnement de termes et à ces tentatives de récupération, le moment semble venu pour faire émerger un label de Tiers Lieu d’Utilité Sociale. Un label qui mettrait des valeurs, un sens, une trajectoire afin de créer un réseau dont les membres se reconnaissent et collaborent.

Mais à quelles conditions, sur quels critères, comment suivre son application, avec quels moyens financiers ?

S’inscrire à ce chantier

♦ Chantier 1.2 : Construction d’un accompagnement pour les Tiers Lieux.

Créer, gérer, animer et développer un Tiers Lieu, ça ne s’improvise pas. Entre attentes institutionnelles, volonté de participation des communautés, nécessité d’identifier un modèle économique, gestion des compétences, élaboration de projets, etc. les besoins d’accompagnement pour la réussite d’un Tiers lieu ne manquent pas.

Mais quelle forme pourrait prendre cet accompagnement, comment identifier et mobiliser les talents pouvant intervenir pour soutenir les porteurs de projets, comment rétribuer ces professionnel.les ?

S’inscrire à ce chantier

Chantier 2.1 :  Concevoir des modules « passerelles » autour des formations à la Médiation numérique.

Depuis l’apparition du terme en 2011, la Médiation numérique apparaît à la fois comme un métier et une fonction exercée par de nombreux autres métiers (éducation, travail social, vente, accueil du service public, etc.).

Et alors que le besoin d’accompagnement au numérique de la population est de plus en plus prégnant, il semble nécessaire de s’appuyer sur ces deux aspects de la Médiation numérique : métier et fonction.

Afin de faire monter en compétences les un.es et les autres, appuyons-nous sur les référentiels de formation existants : du Titre professionnel REMN au BPJEPS TIC, en passant par les dispositifs expérimentaux issus du label Grande Ecole du Numérique ou des Moniteurs-Educateurs Socio-numériques. Comment ces référentiels peuvent-ils créer des passerelles entre formation et comment celles-ci peuvent-elles être praticables par des professionnel.les en poste, sous forme modulaire ?

S’inscrire à ce chantier

♦ Chantier 2.2 : Communiquer sur à quoi ça sert « Médiateur numérique » ?

Initialement animation multimédia, la Médiation numérique est devenue plurielle. Présente dans des organisations publiques et privées, portée par des centres sociaux, des CCAS, des boutiques informatiques, des médiathèques, des EPN, des FabLabs, etc. la Médiation numérique répond certes à un besoin, mais son offre est peu reconnaissable.

Comment rendre la Médiation numérique à la fois visible et lisible ? Quelle stratégie de communication déclinée sur quels supports permettra de rendre la Médiation numérique claire à comprendre : de l’élu.e au demandeur d’emploi, du chef d’entreprise à l’éducateur.trice spécialisé.e ?

S’inscrire à ce chantier

Chantier 3 : Co-concevoir une plateforme d’orientation des services publics.

Les acteurs de la Médiation numérique y sont confrontés quotidiennement : l’accélération de la dématérialisation des services provoque des difficultés voire des inégalités d’accès aux droits.

Qu’il s’agisse de l’ergonomie des plateformes en ligne, du manque de clarté dans les processus de décision ou tout simplement dans l’identification des bons interlocuteurs, l’orientation des usager est de plus en plus complexe.

Sur la base des travaux engagés par le Département des Hautes Alpes à travers son Schéma d’Accessibilité, comment la Médiation numérique peut-elle participer à faciliter l’expérience de l’internaute ? Tutoriel, groupes test, remontées d’usages, méthode AGILE, etc. de nombreuses pistes sont à explorer.

S’inscrire à ce chantier

♦ Chantier 4 : Echange de pratiques sur les CivicTech & l’OpenData.

La participation des habitant.es à la vie de la cité est une nécessité démocratique mais une difficulté institutionnelle. Dans un régime de démocratie représentative, la place du citoyen est avant tout réservée à celle de l’électeur.trice.

Mais avec l’avènement d’Internet, chacun.e prend dorénavant l’habitude de s’informer et d’intervenir dans le débat public. Les CivicTech se sont alors emparées du sujet pour structurer une prise de parole parfois éparpillée. Des technologies qui, couplées à des méthodes de participation au débat public et à l’OpenData, peuvent donner un nouvel élan à des démocraties inquiétées par une crise de confiance.

Comment la Médiation numérique peut-elle ou s’est-elle déjà emparée de ce sujet, avec qui et avec quel soutien ?

S’inscrire à ce chantier

Chantier 5 : Accompagner les petites organisations dans leur transition numérique.

Face à la Transition numérique de la société, les petites organisations (publiques, économiques ou associatives) sont encore trop souvent désemparées. Pourtant de (très) nombreux dispositifs d’accompagnement existent que ce soit sous forme de chèques experts, d’accompagnement collectif, de formations, de Mooc, etc.

Mais la solution n’est-elle pas devenue le problème : face à la profusion d’aides à la Transition numérique comment ces petites organisations peuvent-elles s’y retrouver ? La Médiation numérique peut-elle à la fois servir de boussole et de couteau suisse ?

S’inscrire à ce chantier

Switch #1 à Digne les Bains : les Besoins

Le 24 juin 2019 a eu lieu à Digne les Bains le premier temps fort du Hub du Sud.

Conformément à la méthodologie, il s’agissait ici de valider et de préciser les premiers besoins identifiés.

On entend par « besoins » ceux exprimés en 2019 par les publics fréquentant les espaces de médiation numérique, mais aussi par des professionnels, par des services publics, etc. Ces besoins ont été remontés et identifiés durant plusieurs semaines, tant du terrain que de la littérature actuelle (Baromètre 2018 du numérique, Rapport annuel du Défenseur des droits, etc.).

Douze catégories de besoins ont émergé, complétées durant le temps de travail à Digne les Bains par deux nouvelles.

Détail des besoins

65 participant.e.s issu.e.s de toute la région (et au-delà) ont répondu présent. Outre des équipes de médiation numérique, nous avons pu compter sur des chefs d’entreprise, des agents de la fonction publique, des associations militantes, des chargé.e.s de mission de grands groupes, etc.

A l’issue de cette première phase, l’après midi aura été consacré à des ateliers d’élaboration de projets sur la base des quatre catégories de besoins.

Ainsi, quatorze projets ont émergé. Ce sont ces projets qui serviront de base de prototypage dans le cadre du prochain Switch qui se déroulera à l’automne 2019.

Pour consulter l’ensemble des « fiches projets » :cliquer ici

Après une étape de présentation et de complément des catégories de besoins, une première sélection de 4 catégories de besoins a alors été réalisée via un vote.

Merci encore aux participant.e.s pour leurs très nombreuses contributions, merci aux membres du consortium pour leur mobilisation et merci à celles et ceux qui ont manifesté leur volonté de participer aux prochaines étapes du Hub du Sud.

Les besoins recensés durant le switch :